Bivouac au Lac Blanc

Bivouac au Lac Blanc

Glacé quasiment à l’année, le lac Blanc est le deuxième site de Chamonix le plus incontournable, après l’aiguille du midi. Son panorama de l’Aiguille Verte jusqu’au Mont-Blanc nous en a mit plein les yeux. Et on a la chance d’avoir cette montagne en France !


× ACCÉDER AU LAC BLANC

Grimper jusqu’au lac Blanc est une des randonnées la plus célèbre du Mont-Blanc, un vrai petit paradis enneigé se trouve là-haut 😉

À 2H de chez nous, cette montagne et son lac Blanc nous attendait depuis longtemps ! Et nous aussi, on attendait à ce qu’elle nous émerveille ! Pour la petite histoire, c’est après la troisième tentative que l’on voit enfin ce lac 😀

Juin 2016: JB et le reste de l’équipe de testeurs Quechua, entreprenait cette randonnée, malheureusement pour eux, la neige les avait freinés plus bas.

Août 2016: l’idée d’y aller avec notre van nous a effleuré l’esprit, et nous voilà partis à vive allure ! Peut-être un peu trop vite… Dans la montée, à quelques kilomètre de Chamonix, le van a perdu toute puissance, il peinait grandement. On a juste eu le temps de s’arrêter sur une aire, et le van perdait toute son huile. Frustrés et si tristes de voir notre popo à l’arrêt depuis ce temps là 🙁

Juin 2017: Nous y voilà enfin 😎

Plusieurs itinéraires sont possibles :

· par le téléphérique de la Flégère pour 1h30 de montée.

· par le télésiège de l’Index pour 1h15 de montée.

· par la Col des Montets, à gauche du chalet de la réserve débute une longue série de lacets. 3h à la montée. C’est le chemin que l’on à pris pour descendre, et on vous certifie que déjà dans la descente, on en pouvais plus, ça paraissait interminable, donc on déconseille de monter par là !

· par Tré-le-Champ, c’est le chemin que l’on vous conseille vraiment. 2h45 de montée.

× Le long du chemin

À partir du parking de Tré-le-Champ, on emprunte le chemin en direction du Lac Blanc. En rejoignant l’aiguillette d’Argentière, une dizaine de bouquetins étaient sur le chemin. Du coup, on ne se démotive pas, et déjà émerveillés par cette nature, on devine les échelles au loin. JB avait évité de trop m’en parler, à cause de mon vertige. Et je m’attendais pas à en grimper autant 😯

Une série d’échelles et de passerelles. Je m’accroche de toutes mes forces, le vide sous mes pieds. Des frissons. Un grand froid m’envahi. Je prends sur moi, alors que JB monte en toute tranquillité 😉 D’ailleurs il a raison quand il me dit que c’est mieux de grimper qu’à descendre ses foutues échelles ! Finalement, une fois les échelles passées, je suis bien contente d’avoir affronté ma peur.

Les lacs de Chéserys, deux petites flaques sur notre droite ! Et le lac supérieur un peu plus loin, avec sa vue imprenable, mais le Mont-Blanc est partiellement caché. À 1891 m d’altitude, le lac est sublime, mais moins célèbre que son lac voisin. D’ailleurs on ne traîne pas, on profitera de Chéserys demain, et on file au Lac Blanc, pour être sûrs d’avoir une place pour bivouaquer.

 

× Le Lac Blanc

Perché à 2352 m d’altitude dans la réserve des Aiguilles Rouges, il nous a fallu grimper 1000 m de D+ pour voir LE lac. Le lac était encore gelé par endroit. La partie inférieur de 3m de profondeur,  nous a conquis par son eau bleu, d’une clartée, où les reflets du Mont-Blanc nous fait briller les yeux. Quelques pas plus loin, un filet d’eau s’étire et nous guide au lac supérieur. Et là c’est un tout autre spectacle ! La glace recouvre encore presque entièrement le lac. On entend les marmottes crier sous le soleil qui tape, et en voilà une qui sautille dans la neige 😮

Un peu plus haut, on trouve la place parfaite pour notre tente, sur un replat entouré de pierres qui créent un rond de protection contre le vent. Avec vue sur le Lac Blanc et la chaîne du Mont-Blanc qui reflète dans cette eau d’un bleu légèrement blanchi. Une merveille pour nos yeux 🙂 On profite du coucher de soleil qui rosit le Mont-Blanc et il est temps de monter la tente et préparer notre apport calorique ! Quel bonheur d’ouvrir et de fermer la tente tout en découvrant le lac derrière ! Le lieu est paisible, les photographes prennent leur pied en capturant les montagnes plongées dans le noir et les étoiles, avec le bruit du lac qui s’étire jusqu’à créer une cascade plongeant dans le vide. Dormir ici, provoque un bonheur d’une simplicité absolue 😀 Quoique la nuit, la température a dû descendre aux alentours de zéro degré, cela ne s’est pas ressenti car il n’y avait pas de vent.

Conseil pour un bivouac:

Il faut attendre la tombée du soleil pour pouvoir monter la tente, et tout ranger au levé du soleil le lendemain matin. Il est aussi possible de dormir dans le refuge au bord du lac et d’y manger mais attention, ils ne prennent pas la carte bancaire, prévois des billets !




2 thoughts on “Bivouac au Lac Blanc”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *