Italie

Roma, una bella storia

Tous les chemins mènent à Rome… mais il nous a fallu 25 ans avant de le trouver !

La ville éternelle, mêlant passé et présent, a de multiples facettes à offrir.

La Dolce Vita, c’est flâner dans les ruelles, goûter et déguster les plaisirs gastronomiques et découvrir ses trésors antiques et insolites.


on renaît sous un soleil éclatant. 18°C et Florian qui nous attend pour una bella vita. Quoi de mieux que de commencer la matinée par un bon café italien bu au comptoir ? 5 min, pas plus ! La force du café en nous, direction la Piazza San Pietro.

Une centaine de colonnes nous encerclent et l’on comprend très vite la grandiosité de la capitale italienne. Au milieu de la place, la coupole de la basilique nous surplombe, on cherche la fenêtre du pape d’un coup de regard, et l’on ressent toute l’effervescence des fidèles auprès du plus petit Etat du monde. Au vue de la queue infinie pour entrer dans la basilique, on coure au Musée du Vatican accompagnés de nos billets coupe-file. On ne pouvait en aucun cas rater la Chapelle Sixtine, qui se trouve à l’intérieur.

Des couloirs, des allées entières parcourues où sont renfermés de nombreux trésors. Des peintures, des statues… sans parler des plafonds aux peintures et dorures dont on ne peut détourner l’oeil. Sous notre passage, des fenêtres grandes ouvertes interpellent, des pins parasols rappelle bien que nous sommes en Italie ! Puis nos yeux remontent les longs des murs pour admirer les plafonds et délaisser le reste. C’est la tête encore en l’air que l’on pénètre dans la Chapelle Sixtine. Quel moment inoubliable ! La chance nous sourit, on trouve une place sur un blanc, ce qui nous évite d’être mis dehors rapidement.

Nos regards ne se croisent plus au vue des œuvres d’art de Michel-Ange. Pendant ce spectacle, nos yeux retiennent chaque détails des murs et plafond afin de pouvoir se remémorer (les photos sont interdites). C’est dans un dédale de résonance, que l’on ressort après 20 bonnes minutes, chassés par les ordres des vigiles, et non par la lassitude du lieu.

Pour terminer la journée, rendez-vous après quelques tours en rond, au sommet de la colline du Janicule, où admirer le coucher de soleil sur la ville de Rome. Manque de chance, nous arrivons trop tard.

on quitte notre copain après avoir monté les marches de la Piazza di Spagna. Au programme, flâner dans le vieux Rome, et c’est peu de le dire ! C’est un vrai marathon qui nous attend, vu tout ce que l’on veut voir. On rejoind la Piazza del Popolo, en passant par le parc de la Villa Borghèse. Une vue en hauteur sur la ville. Un lieu reposant par jour de beau temps. Manque de chance, la pluie nous assomme et nous courons au premier restaurant pour s’abriter. Le repas dure… après avoir englouti un dessert forcé par JB pour éviter un torrent dehors. Un rayon de soleil s’invite à Rome et on repart ! Il tombe à pic d’ailleurs, les façades orangées de la Piazza Navona ressortent de plus belle. Les vendeurs à la sauvette jonglent entre parapluies, roses, k-way, perches en un claquement de doigt. L’ancien stade sur lequel on marche sans le savoir, reflète l’art baroque avec magnificence. Devant l’église, 3 fontaines nous émerveillent, dont la Fontaine des Quatre-Fleuves du Bernin. Le temps file vite sur cette place où nombreux restaurants italiens se trouvent. La Dolce Vita flotte dans les airs.

Quelques ruelles plus loin, c’est au tour de la Piazza della Rotonda et de son colossale Panthéon de nous accueillir. Tout près de la fontaine du Panthéon, surmontée d’un obélisque, le soleil tombe et présente ses plus belles couleurs orangées, s’harmonisant aux façades orangées des bâtisses. Les derniers rayons de soleil traversent ces ruelles et parent le Panthéon de splendides couleurs.

Le Panthéon et 16 colonnes dans lequel nous nous engouffrons à l’intérieur de ce courant d’air monumental. Le temple romain, a la plus grande coupole de toute l’Antiquité, soit de 43m de diamètre, trouée en son sommet. La pluie a laissé ses traces au centre du temple, une flaque d’eau venue du ciel menaçant, un vent froid parcoure l’intérieur de Panthéon, où reposent les tombeaux de plusieurs personnalités.

On délaisse l’incroyable Panthéon… direction la Fontaine de Trevi. Sur le chemin, nos pas sont à la recherche d’une glace italienne, ils nous mènent à Venchi, où un mur de chocolat coule en son long. Rassasiés de notre gourmandise qui se révèle plutôt bonne, nous gambadons au rythme des touristes. L’arrivée face à la Fontaine de Trevi nous surprend ! Il y a foule, et l’on comprend pourquoi face à tant d’émerveillement. Lieu emblématique de Rome, la fontaine n’est pas banale. Elle et tellement grandiose comparée à ce que nous nous attendions ! En photo, nous avons l’impression qu’elle est assez petite, mais non ! Elle repose sur un palais entier, et c’est peu de le dire, les monuments de Rome sont incommensurables… Impressionnés par son immensité, l’architecture unique dépasse tout ce que l’on avait imaginé. Nombreux suivent la tradition, jeter une pièce dans la fontaine, par dessus son épaule. Porte bonheur ou pas, nous préférons s’asseoir, l’admirer de nos yeux ébahis et écouter le bruit résonnant de l’eau si claire et limpide qui tombe en rafale.

Nous déambulons au fil des ruelles au charme indéniable. Les découvertes architecturales et les monuments que l’on aperçoit dans la nuit, rythment notre exploration. De la Piazza Venezia et son Palais Venezia imposant (on vous conseille vivement de monter voir la vue d’en haut), à la plae Piazza di Campidoglio dessiné par Michel-Ange, avec vue sur le Foro Romano. Il est l’heure pour nous d’aller déguster un plat de carbonara et une pizza, qui font partie intégrante de la culture italienne !

Il est 21h, et pour digérer, nous arpentons encore les rues de Rome. Nous allons de découverte en découverte. Chaque pas s’ouvre sur des monuments antiques riches d’histoire passionnante. Nous sommes épris de question par la découverte du Largo di Torre Argentina, place en contre bas que les chats de la ville apprécient considérablement. Nous regagnons le Panthéon pour l’observer avec moins de foule, ces colonnes gigantesques nous marque. Deuxième et dernier passage à la Fontaine de Trevi vers 23h, le moment est beaucoup plus agréable, les touristes se font plus rares. Et il est l’heure pour nous, de filer rejoindre notre copain après une quinzaine de bornes, le repos est bien mérité !

La città eterna regorge de monuments, où que l’on aille, la rencontre d’un nouveau vestige, d’un nouvel édifice, ne tarde jamais bien longtemps. Un troisième jour est grandement conseillé. Nous vous racontons le notre.

c’est avec plaisir que nous explorons la ville à 3 ! Nous sortons de sous terre, avec un rayon de soleil et le fameux Colisée devant nous. C’est un peu le rêve éternel prenant réalité. Pouvoir le voir enfin. L’amphithéâtre le plus célèbre, vu et revu en cours d’histoire, pourtant bien loin dans notre mémoire ! L’image par excellent de la Rome Antique. Toute la puissance de Rome en ressort. Marcher à l’intérieur, c’est s’imaginer les combats de l’époque. Mais aussi, être impressionnés par les fondations colossales du lieu, de ce qu’il reste des tribunes. Quel plaisir de le découvrir en plein cœur, après tant d’années… une telle prouesse technique.

On poursuit le retour dans le passé, avec la visite du Foro Romano. Un moment génial. On longe les énormes pavés de la Voie Sacrée, artère principale de la ville fondée dans l’Antiquité. À gauche et à droite, des temples plus ou moins en bon état. Ce véritable lieu historique nous projette quelques années av. JC. On s’imagine les romains, adossés aux colonnes de leur temple, des chars empruntant la Voie Sacrée, César et sa couronne de laurier, d’ailleurs sa dépouille y a été enterrée, l’arc que l’on aperçoit au loin qui était la porte d’entrée de la ville antique. On visualise des temples où il reste quelques colonnes dressées par-ci par-là, on reconstruit la ville dans notre esprit, et l’on se sent si petit derrière toute cette vie qui a eu lieu bien avant. On continue le périple avec le Palatin et le Circus Maximus, le plus ancien hippodrome de Rome. Il en reste un vaste terrain en graviers, vue depuis le Mont Palatin, où des courses de chars reprennent vie dans nos têtes.

Une pizza après dans le ventre, on consacre l’après-midi, à des lieux plus insolite de Rome.

À la rencontre de La Bocca della Verità, célèbre sculpture insolite à la légende selon laquelle la bouche aurait tranché la main de tous menteurs. Cachée sous le portique d’une église, nous avons bien entendu tenté de défier la légende !

Pour terminer sur une des vues les plus inattendues de la capitale, direction la colline de l’Aventino, à la recherche d’une porte ! Une porte peu commune. Une porte abîmée par les mains des curieux, posant leur œil contre la serrure pour y découvrir un chemin entre les buissons, et au loin, parfaitement centré, le dôme du Vatican, image de Rome. Il Bucco delle Serratura, une petite surprise au sommet d’une des 7 collines de Rome, prête à nous émerveiller, tout près de la Piazza dei Cavalieri di Malta.


× INFOS PRATIQUES | Roma

· Prévoir un petit budget : 90€ A/R de vol depuis Lyon

· Hébergement : plutôt cher, surtout si l’on veut être bien placé…

  Pour notre cas, 1 nuit dans un hôtel 4∗ H10 trouvée dans une Wonderbox eu en cadeau + 1 nuit chez notre copain

· Pour se déplacer :

  14€ depuis l’aéroport Fiumicino. 28€ A/R pour 32 min de train

  1,50€ le billet de métro et de bus

  50 km à pieds en 3 jours 😉

· Réservations conseillées :

  Roma PASS 38€/72h, peu rentable

  Billets coupe-file Musée du Vatican + Chapelle Sixtine = 20€ sur www.museivaticani.fr

  Billet combiné Colisée + Forum Romain + Palatin = 12€ / 9,50€ (tarif réduit) sur www.rome-museum.com (d’un coup d’œil, les tarifs ont l’air d’avoir augmenter)

  Galerie Borghèse : obligation de réserver à l’avance !


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *