France,  Hautes-Alpes,  Randonnées

Randonnée du Vallon d’Ane, retour dans notre Dévoluy

3 ans plus tard, retour dans le pays du Dévoluy en plein été. Et on avait encore un beau spot à voir, qu’on avait pas eu le temps lorsque nous étions saisonniers. Le Vallon d’Ane, une rando assez courte et pas trop raide, let’s go !

LE VALLON D’ANE – 5 km – 300 à 400m D+


Quel bonheur de retrouver le Dévoluy, des montagnes dépaysantes qui nous on bel et bien manqué. On s’est encore fait du bien aux yeux ! Et cette fois-ci, ce n’est pas JB qui m’accompagne, mais Peïko, notre compagnon depuis plus de 7 mois avec nous, un bel husky typé sport. Alors c’est parti, on commence quelques petites randonnées avec lui, maintenant qu’il a 9 mois, on peut commencer des promenades plus longues, et je crois qu’il a un petit faible pour les vues qu’on lui fait découvrir. C’est sa deuxième rando et ça à l’air de lui plaire. Bon promis, on le laisse se reposer quelques semaines avant la prochaine, il faut encore le préserver ce beau bébé.

Départ : Cabane de l’avalanche

Suivre le parcours trail n°5

Niveau : assez facile

5km environ A/R – 400m de D+ (prévoir plus pour le tour de la Crête d’Ane)

Attention aux patous du Dévoluy !

Pour la petite histoire, nous avons commencé la rando par un chemin bien moins raide et plus court pour Peïko, mais nous avons dû rebrousser chemin. Ce n’est pas un, mais deux gros patous qui nous ont poursuivis et chassés de leur territoire. Surpris de les voir sortir d’une épingle au dernier moment, je n’ai pas tardé à faire demi-tour quand j’ai entendu grogner ces deux belles bêtes. Pour ne pas arranger, Peïko se retournait sans cesse pour regarder ces deux copains, sauf qu’il était loin de s’imaginer que ce n’était pas des chiens très sympathiques sur plusieurs centaines de mètres, un patou nous a viré du chemin, 1m derrière nos pas, jusqu’à ce qu’on soit bien assez loin. Ouf.

Deuxième possibilité : atteindre le vallon d’âne depuis le parking de la cabane de l’avalanche. Et c’est chose faite, bien que d’autres troupeaux de moutons étaient dans le coin aussi.

Finalement, ce chemin de repli nous offre émerveillement assez rapidement. Quelques mètres un peu raides sur un sol rocailleux, et les montagnes se dessinent déjà sous nos yeux.

Le vallon d’âne n’est vraiment pas indiqué sur les panneaux, il faut suivre le chemin. Peu de temps après être sorti du Bois Rond, en retrouve un peu moins de pente. Le chemin se sépare en deux, il faut choisir celui de gauche en direction de la bergerie. Et au fur et à mesure, la vue se fait de plus en plus belle.

La bergerie enfin passée sans se retrouver face à un patou, on décide de continuer encore le chemin avec méfiance. La vue sur la montagne de Saint Gicon au loin et sur la droite plus grande et impressionnante, la Tête du Collier. Toujours suivre le parcours de trail n°5, puis un panneau indiquant le chalet du Vallon d’Ane d’ici 800m.

Et nous voilà au chalet du Vallon d’Ane. Et ce sommet du Pic de Bure, qui nous surplombe toujours, tel le dominant de cette nature dévoluarde. En contre-bas du chalet, les cloches du troupeau de mouton se font entendre, je décide de quitter le parcours de trail qui longe la Crête d’Ane, et redescend en direction de la source avec pour ligne de mire, le somptueux Pic de Bure. En remontant en sa direction, on découvre la vue sur la Crête d’Ane, qui suffira bien pour l’effort que Peïko a déjà réalisé.

Le chalet du Vallon d’Ane une fois éloignés
Crête d’Ane et le Pic de Bure
La Crête d’Ane sous le regard attentif de Peïko

Pendant ce temps partagé avec Peïko, JB a gravi le Pic de Bure pour la seconde fois. Notre article sur la randonnée de ce petit géant. Et de là-haut, la Crête d’Ane se révèle sublime. Pour vous dire, je ne me lasse pas de cette vue !

Pour les plus sportifs, vous pouvez continuer la randonnée tout en tournant autour de la Crête. Pour nous, ce sera certainement pour une prochaine fois lorsque notre Loulou aura sa taille adulte et plus d’endurance.

Ce Dévoluy continuera toujours à nous émerveiller ! Ce qui est sûr, c’est qu’on est toujours autant attachés à ce petit coin de montagne, et qui nous remémore tant de souvenirs, de nos pas sur le terrain dévoluard, seuls ou bien à deux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *